FAQ

PARCOURS VAE

Notre mission:

Nous apportons à toute personne souhaitant se renseigner sur une démarche VAE, un premier niveau d’information sur la validation des acquis de l’expérience. Ses missions consistent à :

  • Procéder à l’inscription sur une réunion d’information collective en ligne,

  • Guider vers le Site Internet dédié pour obtenir des informations complémentaires et s’inscrire en toute autonomie à une réunion d’information via le formulaire de contact,

  • Apporter des précisions sur cette mission et sur le rôle des conseillers en charge de la mise en œuvre des prestations.

Cet entretien individualisé est proposé aux participants à la réunion d’information collective qui souhaitent poursuivre la démarche.

Objet de l’entretien :

  • Valider la pertinence de la démarche de VAE au regard du projet,

  • Identifier la ou les certification(s) correspondant le mieux aux activités professionnelles développées,

  • Communiquer les informations nécessaires pour contacter le certificateur et entamer la démarche VAE,

  • Elaborer le parcours VAE individualisé,

  • Identifier d’autres dispositifs d’évolution ou de mobilité professionnelle en lien avec le projet poursuivi, en fonction des besoins.

La durée : en moyenne 1 heure pour le premier entretien. Un second entretien pourrait être proposé en fonction des problématiques à traiter.

Production d’une synthèse de l’entretien :

Au terme de l’entretien, le conseiller rédige une synthèse qui est communiquée uniquement au candidat. La synthèse retrace les différentes étapes de l’entretien et de manière synthétique et objective les éléments les plus pertinents issus des échanges. Ce document sert de repère pour la mise en œuvre du plan d’action.

Le suivi du parcours VAE

Le conseiller VAE propose à chaque candidat un protocole de suivi dans le cadre de ses démarches et ce jusqu’à la phase de certification. Les modalités sont définies avec chaque personne : par mail, par téléphone, par courrier. Les informations recueillies lors de ces points d’étapes servent à produire des statistiques sur le dispositif VAE et mesurer ses impacts.

Les réunions d’information collective ont pour objectif de :

  • Donner des informations précises sur la VAE et sa mise en œuvre,

  • Procéder à une première analyse de la demande,

  • Faciliter la prise de décision.

 

  • Accueil, présentation de l’animateur et du groupe,

  • Présentation du contexte, des objectifs et du déroulement de la réunion

  • Gestion des aspects administratifs (dossier de renseignement, feuille d’émargement,…),

  • Le cadre législatif de la VAE,

  • Le cadre général de mise en œuvre (conditions, durée,…),

  • Les différents acteurs du parcours VAE,

  • Les enjeux,

  • Les données chiffrées de validations antérieures,

  • Les difficultés rencontrées par les candidats et les intervenants de la démarche VAE,

  • Les aides financières et pédagogiques disponibles sur les compléments de formation ou les évaluations prescrites,

  • Les conditions de mobilisation des droits acquis sur le compte personnel de formation (CPF),

  • Présentation de modèles du livret 1 (demande de recevabilité) et 2 (dossier de validation),

  • Echanges et réponses aux questions,

  • Les coordonnées du référent VAE à contacter,

  • Proposition d’une date d’entretien avec le Conseiller

 

Durée : en moyenne 3 heures.

Planification : consulter le planning prévisionnel disponible sur ce Site.

Inscription : par téléphone ou à partir du Site Internet.

La Validation des Acquis de l’Expérience (VAE)

La validation des acquis de l’expérience (VAE) permet, à toute personne engagée dans la vie active, d’obtenir une certification professionnelle par la validation de son expérience acquise dans le cadre d’une activité professionnelle et/ou extra-professionnelle. La certification – qui peut être un diplôme ou un titre à finalité professionnelle ou un certificat de qualification professionnelle doit être inscrite au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP). La VAE est l’une des voies d’accès aux certifications professionnelles avec la voie scolaire et universitaire, l’apprentissage et la formation professionnelle continue.

Toute personne peut prétendre à la Validation des acquis de l’expérience (VAE), quels que soient son âge, sa nationalité, son statut et son niveau de formation, qui justifie d’au moins un an d’expérience en rapport direct avec la certification visée – que l’activité ait été exercée de façon continue ou non. Cette démarche peut se réaliser quel(s) que soi(en)t le(s) diplôme(s) précédemment obtenu(s) ou le niveau de qualification atteint.

Pour effectuer une demande la validation des acquis de son expérience, il faut :

  • avoir exercé des activités professionnelles salariées (CDI, CDD, intérim), non salariées, bénévoles ou de volontariat, ou inscrites sur la liste des sportifs de haut niveau mentionnée au premier alinéa de l’article L. 221-2 du code du sport ;
  • ou avoir exercé des activités dans le cadre de responsabilités syndicales (par exemple, les délégués syndicaux), d’un mandat électoral local ou d’une fonction élective locale.

Les activités exercées doivent avoir un rapport direct avec le contenu de la certification professionnelle visée (diplôme, titre ou certificat de qualification professionnelle) ;

Les formations en milieu professionnel peuvent être prises en compte au titre de l’expérience requise, ainsi que les périodes d’activité réalisées en milieu professionnel avec l’accompagnement d’un tuteur. La durée de ces périodes doit représenter moins de la moitié de la durée des activités prises en compte. Il s’agit notamment de :

Le parcours VAE comporte plusieurs étapes clés dont certaines sont obligatoires et d’autres facultatives mais néanmoins conseillées.



Le parcours VAE comporte plusieurs étapes clés dont certaines sont obligatoires et d’autres facultatives mais néanmoins conseillées.

Avant d’effectuer la demande de recevabilité il est nécessaire de :

  • Clarifier son projet,
  • vérifier la justification de la durée de l’exercice des activités en rapport direct avec la certification visée,
  • Identifier la certification en lien avec les compétences acquises ainsi que l’autorité responsable de cette certification.

Le formulaire de demande de recevabilité peut être transmis par voie électronique ou par courrier postal. Les justificatifs doivent être joints.

Notification de la décision

Le certificateur est chargé d’instruire la demande et de notifier la décision au regard des conditions d’éligibilité définies par la loi (inscription de la certification visée au RNCP, durée des activités exercées en rapport direct avec le référentiel d’activités de la certification visée). L’absence de réponse au terme des deux mois vaut acceptation sauf dérogation expressément prévue par décret pour certaines certifications.

Il est à noter que le candidat ne peut déposer qu’une seule demande par certification et jusqu’à trois demandes pour des certifications différentes, au cours de la même année civile.

Une fois la recevabilité acquise, le candidat constitue son dossier de validation, qui décrit les activités réalisées, les situations et son environnement de travail ainsi que les compétences mobilisées. L’ensemble de ces descriptions doivent être reliées aux contenus des activités et des compétences requises par les référentiels de la certification.

Se faire accompagner

L’accompagnement est facultatif mais fortement recommandé. Il peut débuter dès réception de l’avis favorable de recevabilité. Cet accompagnement peut comporter un module de base portant sur :

  • Une aide méthodologique à la description des activités et de l’expérience correspondant aux exigences du référentiel.
  • La formalisation du dossier de validation,
  • Sur la préparation de l’entretien avec le jury et le cas échéant à la mise en situation professionnelle.

Enfin, cet accompagnement peut également porter sur une aide à l’orientation vers une formation complémentaire et des conseils pour la recherche de financement pour sa prise en charge.

Cette évaluation se déroule sur la base des grandes étapes suivantes :

A – Réception du dossier de validation par le service compétent du ministère ou de l’organisme chargé de délivrer la certification. Le dossier de validation est soumis à un jury qui évalue la démonstration et le niveau des acquis du candidat au regard des référentiels d’activités et de compétences de la certification.

B – En cas de mise en situation réelle (en entreprise) ou reconstituée (plateau technique d’un centre de formation), le jury évalue notamment les méthodes et gestes techniques mis en œuvre par le candidat.

C – L’entretien permet au jury de vérifier l’authenticité des informations mentionnées dans le dossier de validation, le niveau de maîtrise de l’ensemble des compétences requises par les référentiels de certification et de demander d’éventuelles informations complémentaires sur la pratique du candidat afin de pouvoir délibérer.

Le jury se prononce sur :

  1. La validation totale lorsque le dossier de validation répond aux exigences de la certification. Le jury propose alors l’attribution de la certification.
  2. La validation partielle qui permet d’obtenir un ou plusieurs certificats de compétences professionnelles. Dans ce cas, le jury formule des préconisations au candidat pour obtenir la certification totale.
  3. Le refus de validation lorsque les compétences, les aptitudes et les connaissances ne sont pas suffisantes.

 

Le jury est composé de représentants qualifiés de la profession dont relève la certification visée. La décision du jury est notifiée au candidat par les services du ministère ou de l’organisme certificateur.

La VAE quand vous êtes salariés ?

La VAE est ouverte à tous les salariés qui justifient de la durée d’expérience requise et s’effectue avec leur consentement.

1 – PENDANT LE TEMPS DE TRAVAIL À L’INITIATIVE DE L’EMPLOYEUR

Plan de développement des compétences

Ce type d’actions peut s’inscrire dans le plan de développement des compétences de l’entreprise. La rémunération et la protection sociale du salarié sont maintenues. Les frais générés par le parcours VAE sont pris en charge par l’employeur ou par l’opérateur de compétences pour les entreprises de moins de 50 salariés.

Une convention est conclue entre le salarié candidat, l’organisme intervenant et le financeur. Elle précisera notamment : le diplôme, le titre ou le certificat de qualification professionnelle visé, la période de réalisation et les conditions de prise en charge des frais liés aux actions de VAE.

Dispositif de reconversion ou de promotion par l’alternance – PRO A

La VAE peut être réalisée dans le cadre du dispositif de reconversion ou la promotion par alternance – PRO A. Ce dispositif permet au salarié de changer de métier ou d’accéder à une d’une promotion professionnelle par la formation ou par la VAE. Ce dispositif concerne l’obtention de certifications mentionnées sur une liste définie dans l’accord de branche étendu dont relève l’employeur (se renseigner auprès des services de ressources humaines ou de l’opérateur de compétences dont relève l’employeur). Pour y accéder, le salarié ne doit pas avoir atteint un niveau de qualification sanctionné par une certification correspondant au niveau de la licence. Le salarié n’a pas besoin d’autorisation d’absence et peut entamer une démarche de VAE après avoir signé un avenant à son contrat de travail qui précise la durée et l’objet de PRO A. Sa rémunération et sa protection sociale sont maintenues. Les frais des actions permettant de faire valider les acquis de l’expérience sont pris en charge par l’opérateur de compétences de l’employeur. Une convention est conclue entre le candidat à une validation des acquis de l’expérience, l’organisme ou chacun des organismes intervenants et le ou les financeurs.

A l’initiative du salarié

Mobilisation/demande de Congé VAE

Le salarié peut demander un congé VAE d’une durée équivalente à 24 heures de temps de travail. Ce congé est accordé à la demande du salarié, sur autorisation de l’employeur. Le salarié peut demander ce congé pour participer à la session d’évaluation et s’y préparer.

Le salarié doit adresser à l’employeur sa demande d’autorisation d’absence au plus tard 60 jours avant le début des actions de validation. Cette demande doit préciser :

  • le diplôme, le titre ou le certificat de qualification visé ;
  • la dénomination du ministère ou de l’organisme qui délivre la certification et le cas échéant, celle de l’organisme en charge de l’accompagnement à la VAE;
  • les dates, la nature et la durée des actions VAE. Le salarié joint à sa demande tout document attestant de la recevabilité de sa candidature.
  • L’employeur informe le salarié par écrit de sa décision dans les 30 jours suivant la réception de la demande : accord ou report motivé de l’autorisation d’absence. Le report ne peut excéder 6 mois à compter de la demande du salarié.
  • Après un congé pour VAE, le salarié ne peut prétendre, dans la même entreprise, au bénéfice d’un nouveau congé VAE avant un an à l’exception des candidats ayant obtenu une ou plusieurs parties de certification pour le passage d’une évaluation complémentaire devant le jury.
  • Pendant le congé, la rémunération et la protection sociale du salarié sont maintenues. Au terme du congé pour VAE, le salarié transmet à l’employeur, et, le cas échéant, à l’organisme financeur, la demande de remboursement des frais et les justificatifs attestant de sa participation aux actions VAE fourni par les organismes intervenants.

Information complémentaire

  • Un salarié qui a bénéficié d’un CDD (contrat à durée déterminée) a droit au congé VAE dans les mêmes conditions qu’un salarié en CDI. Toutefois, la VAE se déroule en dehors de la période d’exécution du contrat de travail à durée déterminée. Par dérogation, le congé VAE peut être pris, à la demande du salarié en CDD et après accord de l’employeur, en tout ou partie avant le terme du contrat de travail.

Mobilisation du Compte Personnel de Formation (CPF)

Le salarié peut mobiliser son compte CPF pour suivre tout ou partie des actions VAE en adressant une autorisation d’absence à son employeur au plus tard 60 jours avant le début des actions. L’employeur informe le salarié par écrit de sa décision dans les 30 jours suivant la réception de la demande. L’absence de réponse dans ce délai vaut acceptation. En cas d’acceptation de l’employeur, la rémunération et la protection sociale du salarié sont maintenues.

A noter que si un accord collectif d’entreprise ou de groupe le définit, l’employeur peut s’engager à financer certaines actions en abondant le compte personnel des salariés. Dans ce cas, l’employeur peut prendre en charge l’ensemble des frais et se faire rembourser auprès de l’organisme gestionnaire du CPF les sommes correspondant à la participation du salarié dans la limite des droits inscrits sur son compte personnel.

2 – PARCOURS VAE HORS TEMPS DE TRAVAIL

Les frais des actions VAE réalisées hors temps de travail (RTT, temps libre, congé VAE ou autres congés : parental, proche aidant, excepté congés payés) peuvent être pris en charge par l’employeur ou l’opérateur de compétences.

Le financement est pris en charge dans le cadre :

  • du Plan de développement des compétences si ces modalités sont prévues par accord collectif d’entreprise ou à défaut de branche. En l’absence d’accord collectif, la prise en charge est limitée à 30 heures par an ou à 2 % du forfait pour le salarié dont la durée de travail est fixée en forfait jours ou en heures.
  • de la reconversion ou de la promotion par alternance dans la limite de 30 heures par an ou de 2 % du forfait pour le salarié dont la durée de travail est fixée au forfait en jours ou en heures.

Ces deux dispositifs nécessitent l’accord écrit du salarié qui peut le dénoncer dans un délai de huit jours à compter de sa conclusion. Une convention est conclue entre le candidat à la VAE, l’organisme et le financeur.

Le salarié

  • en mobilisant son compte personnel de formation hors de temps de travail, le salarié n’a pas besoin d’autorisation d’absence ou de justification de congé. L’acceptation des conditions générales d’utilisation du service dématérialisé gestionnaire du compte tient lieu de convention.
  • en autofinancement : une convention est conclue entre le salarié et l’organisme ou chacun des organismes intervenants.

 

La VAE quand vous êtes demandeur d'emploi ?

  • la prise en charge des frais d’instruction des demandes,
  • la réalisation des prestations d’accompagnement,
  • couvrir les droits d’inscription auprès du certificateur,
  • financer des formations complémentaires en cas de validation partielle.

Une demande d’aide financière doit être adressée à Pôle emploi et/ou au Conseil Régional.

 

 

Les frais de procédure et d’accompagnement relatifs à la VAE comprennent :

  • les frais de transport, de repas et d’hébergement ;
  • les frais d’examen du dossier de recevabilité par le service compétent du ministère ou de l’organisme certificateur ;
  • les frais d’accompagnement du candidat post recevabilité ;
  • les frais occasionnés par les formations obligatoires ou complémentaires recommandées, le cas échéant, au candidat par le ministère ou l’organisme certificateur au terme de l’analyse de la recevabilité de sa demande ;
  • les frais de session d’évaluation organisée par le ministère ou l’organisme certificateur.

Lorsque les actions VAE sont financées dans le cadre de la mobilisation du compte personnel de formation, les frais de transport, de repas et d’hébergement ne sont pas pris en charge.

L’absence de transmission, par le candidat, d’un document attestant de la recevabilité de sa demande de validation des acquis de l’expérience, constitue un motif de refus de prise en charge des frais des actions de VAE.

Le répertoire national des certifications professionnelles (RNCP)

Le répertoire national des certifications professionnelles est établi et actualisé par l’institution nationale dénommée France compétences (www.francecompetences.fr). Les certifications professionnelles enregistrées au répertoire national des certifications professionnelles permettent une validation des compétences et des connaissances acquises nécessaires à l’exercice d’activités professionnelles. Elles sont définies notamment par un ou des référentiels d’activités, de compétences et d’évaluation qui décrivent les activités exercées dans le métier ou l’emploi visé par la certification, identifient les compétences et les connaissances nécessaires et décrivent les critères et les modalités d’évaluation des acquis.

Les certifications professionnelles sont de trois types :

Elles sont enregistrées pour une durée de cinq ans et reconduites ou modifiées en fonction de l’évolution des métiers et des qualifications.

Vous êtes un employeur

La VAE s’adresse à toute personne, quel que soit son âge, sa nationalité, son statut et son niveau de formation, qui justifie d’une durée minimale d’un an d’expérience, en rapport direct avec la certification visée. Cette certification qui peut être un diplôme, un titre ou un certificat de qualification professionnelle doit être inscrite au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP).

La VAE est un outil qui apporte des bénéfices à la fois aux salariés et aux employeurs. C’est une démarche volontaire qui peut être initiée par le salarié ou être portée par l’employeur, dans le cadre de sa politique de gestion des ressources humaines.

LA VAE CONTRIBUE AU DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES DES SALARIÉS.

C’est un moyen pour obtenir une certification permettant de valoriser les expériences et les compétences acquises.

Les projets individuels de VAE peuvent converger avec les objectifs de l’entreprise. Dans ce cadre la démarche peut s’inscrire dans la politique de gestion du capital de compétences et des besoins de qualification.

De reconnaissance des compétences internes des salariés

La VAE permet aux salariés d’accéder à un niveau de qualification plus élevé et/ou adapté aux besoins et aux enjeux de l’entreprise.

De ce fait, c’est un moyen pour l’organisation de maintenir un développement optimal du capital compétences, nécessaire pour préserver l’image et la compétitivité de l’entreprise auprès de clients.

Enfin, la VAE offre la possibilité de valoriser et professionnaliser les salariés et d’accompagner la transformation des métiers de l’entreprise.

La VAE facilite la gestion des progressions de carrière et les mobilités internes et externes.

Elle ouvre des perspectives d’évolution qui sont des facteurs de motivation et plus largement d’engagement professionnel. 

L’engagement dans la démarche VAE peut permettre de réduire la durée des parcours de formation, les coûts pour l’entreprise et les périodes d’absence pour formation.

Néanmoins, il peut y avoir un couplage avec des périodes de formation pour acquérir les compétences manquantes pour la certification.

Plus globalement, l’évaluation des compétences acquises par l’expérience contribue à faire émerger de nouvelles orientations du Plan de développement des compétences.

Plusieurs leviers de financement de la VAE sont possibles. Elles diffèrent en fonction de l’investissement de l’employeur dans la démarche.

La VAE à l’initiative du salarié

Le salarié peut mobiliser son Compte Personnel de Formation (CPF) pour financer des actions d’accompagnement à la VAE.

https://travail-emploi.gouv.fr/formation-professionnelle/droit-a-la-formation-et-orientation-professionnelle/compte-personnel-formation

Si le crédit en euros est insuffisant, un abondement du compte est possible, notamment par l’employeur (qui peut par cet engagement soutenir le projet de son salarié), mais aussi par le salarié lui-même.

Lorsque l’accompagnement à la VAE est effectué tout ou partie pendant le temps de travail, le salarié doit obtenir au préalable l’accord de son employeur sur le calendrier de son déroulement.

Le salarié peut mobiliser son congé VAE.

https://travail-emploi.gouv.fr/formation-professionnelle/certification-competences-pro/vae

Lorsqu’un salarié engage une démarche VAE en tout ou partie pendant le temps de travail, il bénéficie de droit d’un congé à cet effet. La demande d’autorisation d’absence pour Congé VAE doit être adressée à l’employeur au moins 60 jours avant le début des actions de VAE. L’employeur dispose d’un délai de 30 jours pour donner sa réponse par écrit.

Il peut reporter cette autorisation pour des raisons de service motivant son report. Le congé VAE a une durée équivalente de temps de travail de 24 heures maximum.

La VAE à l’initiative de l’employeur

Lorsque l’employeur prend l’initiative de mettre en œuvre un projet de VAE pour un ou plusieurs de ses salariés, ou lorsqu’il souhaite soutenir un projet de VAE dont l’un de ses salariés a pris l’initiative, il peut prendre en charge les dépenses du projet dans le cadre du Plan de développement des compétences de l’entreprise : frais de validation, frais d’accompagnement et rémunération (dans la limite de 24 heures, sauf accord spécifique).

La démarche collective de VAE

Cette démarche nécessite le consentement de chacun des salariés car la VAE est un droit individuel. Dans cette procédure, chaque salarié constitue individuellement son dossier de VAE et passe devant le jury de validation.

Durant toute la mise en œuvre de la démarche collective de VAE, l’employeur peut proposer des actions pour soutenir la mobilisation des salariés.

Sur le plan méthodologique, dans le cadre d’une démarche de VAE collective, il est conseiller de mettre en œuvre les étapes-clés suivantes :

1 – EN AMONT

  • S’informer sur la procédure de VAE, auprès des interlocuteurs spécialisés (Opérateurs de compétences, Certificateurs, Points Relais Conseil, ……),
  • Clarifier les objectifs de la démarche : accroître la professionnalisation, élever le niveau de qualification, soutenir une démarche qualité, etc.),
  • Repérer les salariés concernés par la démarche : salariés exerçant par exemple le même métier ou ayant des problématiques identiques (niveau de qualification, ancienneté, etc.),
  • Cibler la certification appropriée au regard de l’objectif poursuivi et les profils des salariés mobilisés.
  • Planifier la réalisation du projet, en définissant les modalités d’accompagnement des salariés, en estimant les coûts et en mobilisant les sources de financements.
  • Mobiliser les salariés concernés sur la démarche.

2- PENDANT

  • Soutenir la mise en œuvre du projet (mobilisation du service des ressources humaines, des manageurs de proximité,…)
  • Veiller à la mise à disposition les moyens nécessaires pour atteindre les objectifs de certification.

3- EN AVAL

  • Valoriser les réussites individuelles et collectives.
  • Accompagner les salariés ayant qui ont obtenu une validation partielle pour les amener à acquérir les compétences manquantes pour l’obtention de la validation totale.

Nos services

Vous apportez des informations sur la VAE y compris dans le cadre d’un projet de VAE collectif.

Témoignages

Bientôt disponible

Retour haut de page
Aller au contenu principal